L’équipe Protection4kids a participé au cours en ligne de Harvard intitulé “Protection de l’Enfant: les Droits des Enfants dans la Théorie et la Pratique”.

(https://www.edx.org/about-us)

Nous avons commencé le cours par des discussions sur la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant ou la CDE, qui est la déclaration la plus complète des droits de l’enfant et le traité international des droits de l’homme le plus largement ratifié de l’histoire.

C’est la base de tout le travail de l’Unicef.

La Convention se compose de 54 articles qui se réfèrent à tous les aspects de la vie d’un enfant: 41 d’entre eux concernent des questions de fond tandis que le reste est procédural. Elle a été adopté par les Nations Unies en novembre 1989 et ratifié en septembre 1990 après 10 ans de rédaction par tous les États membres de l’ONU à l’exception des États-Unis. Elle est entré en vigueur au Royaume-Uni en 1992.

Comme cela a été dit pendant le cours, ce n’est pas un document “parfait” donc, afin de combler toutes les lacunes, en mai 2000, la communauté internationale a adopté deux protocoles facultatifs à la Convention:

  • «Le Protocole Facultatif concernant l’implication d’enfants dans les Conflits Armés» (OPAC), dans lequel les gouvernements ont augmenté l’âge minimum auquel les enfants peuvent rejoindre les forces armées de 15 à 18 ans;
  • «Le Protocole Facultatif à la Convention sur la Vente, la prostitution et la Pornographie mettant en scène des enfants» (OPSC) pour protéger les enfants contre les abus sexuels, l’exploitation, le don d’organes et le travail forcé.

Un an plus tard, un autre protocole facultatif a été adopté, le «Protocole des Communications Facultatif» (OPCP) qui permet aux enfants de déposer une plainte auprès des Nations Unies lorsque leurs droits ont été violés et que le système juridique de leur pays n’a pas été respecté et n’a pas pu offrir de solutions efficaces.

Les “Principes Généraux” de la Convention sont les suivants:

  • discrimination interdite (article 2) ;
  • travailler uniquement dans l’intérêt supérieur de l’enfant (article 3) ;
  • garantir le droit à la survie et au développement de la vie (article 6) ;
  • garantir le droit d’être entendu (article 12).

La capacité de consulter les enfants avant d’élaborer des programmes ou des politiques qui les concernent est essentielle.

(https://www.unicef.org.uk/what-we-do/un-convention-child-rights/)