Le blog hebdomadaire de Protection4Kids voudrait offrir à nos lecteurs des histoires anonymes de victimes de revenge porn pour sensibiliser et faire connaître profondément les différents aspects psychologiques de ce phénomène, malheureusement encore très répandu. Récemment, nous avons reçu ce rapport :

« Je m’appelle X et j’ai 15 ans. L’année dernière, j’ai envoyé mes photos intimes via WhatsApp à mon petit ami. Il y a quelque temps, on a rompu. Maintenant, je vis tous les jours avec la peur qu’il pourrait montrer ces photos de moi à des amis. Je ne peux pas m’empêcher d’y penser, c’est une chose horrible. Heureusement, j’ai compris mon erreur, mais cela a déjà été fait. Je vous fais confiance que ce cauchemar qui me hante et dure depuis un an et quelques mois puisse finir.

X n’a pas encore été victime de revenge porn, mais, à travers ce court extrait, nous vivons avec elle l’anxiété et l’obsession de pouvoir le devenir.

« Il y a un mois, un de mes ex-petits amis a fait l’une des choses les plus méprisables : il a posté mes photos intimes que j’avais prises pour lui sur Internet. Mais malheureusement, ce n’étaient pas seulement des photos de moi. Le site avait mon nom complet avec ma ville natale et apparaît comme le premier résultat chaque fois que je tapais mon nom dans Google. Quand j’ai su, j’ai paniqué et pleuré pendant des heures. Puis, après avoir été convaincue par mes amis, je suis allée à la police.

(https://tfln.co/19-victims-share-stories-revenge-porn/)

A travers cette autre histoire, nous pouvons comprendre et vivre les difficultés et les peurs auxquelles les victimes de revenge porn doivent faire face: se voir nues sur Internet avec leurs données personnelles, avoir peur de leur propagation et dénoncer l’ex-petit ami. En outre, ils doivent affronter la déception qu’elles ont reçu d’une personne dans laquelle elles y croyaient aveuglément.