“Noemi a 19 ans et nous la rencontrons un soir dans un distributeur vide, où elle écoute de la musique avec des écouteurs en attendant les clients. Elle nous dit qu’elle est dans la rue depuis environ un an et qu’il faudra encore au moins deux ans de travail dans la rue pour rembourser la dette (cela prend en moyenne de 2 à 4 ans). Presque toutes les filles parviennent à épargner une petite redevance mensuelle à envoyer à la famille (il y a qui envoie de 50 à 200 Euros): souvent elles ont des frères plus jeunes à qui elles parviennent ainsi à garantir une vie plus digne que ce qu’elles ont eu, et peut-être leur permettre de recevoir une éducation. Noemi a de grands yeux tristes et fous. Elle nous dit (elle ne parle que l’anglais) que c’est bien pour elle de rester là-bas, “c’est un travail comme les autres” dit-elle .. Mais le cri de son regard communique des autres choses: la solitude et le désespoir. Mais les Nigérians aiment la vie et quand une de ses amies nous rejoint depuis le trottoir, elles dansent au son de la musique, rient et plaisantent. Noemi nous montre un crucifix caché sous sa veste et dit qu’elle est chrétienne. Elle dit aussi qu’elle peut chanter: nous tremblons quand nous la écoutons chanter un évangile chrétien avec sa voix d’ange, dans ce distributeur vide. “

https://www.globalist.it/news/2018/12/30/storia-di-maddalena-e-delle-ragazze-vittime-della-tratta-di-esseri-umani-2035537.html

Dans ce blog, nous connaissons et réfléchissons aux histoires de filles victimes de prostitution. Certaines histoires ont une fin heureuse, d’autres sont malheureusement tragiques. L’histoire de Noemi n’a pas une fin heureuse, mais il y a une “lueur de lumière” quand l’accent est mis sur sa passion pour l’Évangile avec laquelle elle exprime sa foi, malgré sa situation qui n’a rien de positif. C’est pourquoi nous appelons les filles comme Noemi des «héros anti-traite» car elles parviennent à avancer dans des situations sans avenir.

Il est également bon de se souvenir des données statistiques des victimes: en Italie également, les victimes de la traite sont d’environ 120 000 avec un nombre de clients estimé de 3 000 000 de personnes. Le chiffre d’affaires est de 90 millions d’Euros par an. 37% des prostituées de rue ont entre 13 et 17 ans, donc des mineurs. Dans le monde, cependant, 21 millions de personnes au total sont prostituées. Parmi elles, 18% sont des hommes, 12% sont des enfants, 21% sont des filles. Toutes ces données sont scandaleuses mais malheureusement vraies.